« 2005-09 | Page d'accueil | 2005-11 »

vendredi, 14 octobre 2005

Juliette et chocolat

Le premier samedi d'octobre fut magnifique cette année, une belle journée sans nuage avec une douceur qui flotte dans l'air. C'était encore l'été mais sans cette chaleur écrasante et humide. C'est tout naturellement que l'idée nous vint de passer l'après-midi à se balader dehors, pourquoi pas dans le quartier latin ?

Le quartier latin de Montréal se situe en plein centre-ville, et s’étale sur quatre rues du nord au sud et cinq petites rues d’est en ouest. Là se côtoient allègrement un milieu étudiant et un univers artistique et culturel. La proximité de l’UQÀM (université de Québec à Montréal) y est pour beaucoup, ainsi que l’implantation de la nouvelle grande bibliothèque nationale du Québec. Ajoutez à cela plusieurs théâtres et cinémas, la cinémathèque québécoise et l’office national du film, des bouquinistes et autres disquaires, et une centaine de restaurants de toutes sortes avec terrasse, vous aurez une idée du quartier. Il y a même une brasserie 3 Brasseurs sur deux niveaux. Elle est trois fois plus petite que celle de Madiana en Martinique mais la bière est aussi bonne, faite sur place, et la salade au saumon et fromage blanc est délicieuse. L’hiver dernier, nous y sommes allés avant un concert de Francis Cabrel au Théâtre St-Denis.

Mais rapidement, cet après-midi de fin d’été s’écoule et les terrasses extérieures nous donnent envie de passer à table ! Il est vrai qu’à Montréal, comme dans les restaurants de tous les pays industrialisés, on mange à toute heure. Et à 17 heures, les plus belles terrasses sont toutes bondées. Notre attention est alors retenue par une discrète enseigne ‘Juliette & Chocolat’ juste en face du célèbre Théâtre St-Denis. Nous ne l’avions jamais remarqué auparavant. Il y a sept tables sur la terrasse. Quatre ont été squattées par deux groupes d’étudiants tous livres ouverts, et dont rien ne les aurait tiré de leur passionnante lecture pour les premiers et tapageuse conversation pour le deuxième groupe. Il a un couple à une autre table, et deux copines à une autre. La dernière table disponible est sans chaise, coincée dans un coin entre le mur et les étudiants !! Elle est pour nous, assurément ! À notre demande, la serveuse plein d’entrain secoue tout ce monde et nous dégage la table, apporte chaises et nous voilà installés sur la terrasse de Juliette & Chocolat. Nous ouvrons alors la carte et là, imaginez : une carte de huit pages où il est question de chocolat sous toutes les formes envisageables, en liquide, solide, boissons, gâteaux, crêpes, noir, blanc, au lait, équitable, du Guatemala, d’Afrique, de Suisse… On relève également à l’intérieur de l’établissement, la présence d’une vitrine qui expose les carrés de chocolat fin vendus en ballotins, et dans une armoire vitrine avec des plaques tournantes les énormes forêts noires et autres immenses gâteaux au chocolat, si d’aventure un gâteau entier vous tente. Il y a aussi d’autres salles plus intimistes avec lumière tamisée.

Pour ceux qui veulent quand même un repas complet avec un plat salé, la carte offre tout un choix de galettes de Sarrasin. Cependant quand on vient ici, on finit certainement par en arriver au chocolat, d’une manière ou d’une autre. La savoureuse galette au pesto, jambon et fromage de chèvre n’est qu’une introduction. Ensuite l’initiation au vrai chocolat commence, il vous faudra plus qu’une visite pour explorer la carte car attention aux abus, il y a quelques témoignages sur le web qui attestent de crise de foie après leur mémorable visite chez Juliette & Chocolat.

Article en anglais sur Juliette & Chocolat, cliquez ici.

medium_juliette2.jpg

Publié dans Vivre au Québec | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |

jeudi, 13 octobre 2005

Le bruit du bonheur

"J'ai reconnu le bonheur au bruit qu'il a fait en partant"

Publié dans Le Bonheur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

mercredi, 12 octobre 2005

Jéhovah est mon Berger

Jéhovah est mon Berger.
Je ne manquerai de rien.

Dans des prés où l’herbe abonde, il me fait coucher ;
il me conduit près de lieux de repos qui sont bien arrosés.

Il ranime mon âme.
Il me conduit sur les pistes de la justice à cause de son nom.

Même si je marche dans la vallée de l’ombre profonde,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi ;
ta baguette et ton bâton, voilà ce qui me console.

Devant moi tu dresses une table face à ceux qui se montrent hostiles à mon égard.
Tu as enduit ma tête d’huile ;
ma coupe est bien remplie.

Oui, le bien et la bonté de cœur me poursuivront tous les jours de ma vie ;
et je veux habiter dans la maison de Jéhovah pour la longueur des jours.

Psaume 23


Lire la Bible en ligne ...

lundi, 10 octobre 2005

A qui va votre adoration ?

"Tu es digne, Jéhovah, oui notre Dieu, de recevoir la gloire et l’honneur et la puissance, parce que tu as créé toutes choses, et à cause de ta volonté elles ont existé et ont été créées."    Révélation 4:11.

Ce verset de l'Apocalypse résume les raisons pour lesquelles notre adoration devrait aller au Créateur.

Tout être réfléchi, s'il prend le temps d'y méditer, arriverait inévitablement à la conclusion que c'est Jéhovah qui mérite notre adoration car il est à l'origine même de la vie, ce souffle de vie qui nous permet de raisonner et d'élaborer des plans et de faire des choix. Et il est également celui qui donne les moyens d'entretenir cette vie.

Bien sûr, Dieu ne force personne à l'aimer. Qui d'entre nous voudrait d'un amour forcé, après tout ? Celui qui choisit d'adorer Jéhovah fait un choix réfléchi et exerce son libre arbitre, il est motivé par la reconnaissance. Une reconnaissance qui est basée sur la connaissance et la raison.

Publié dans Étude personnelle | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

dimanche, 09 octobre 2005

Chant des montées de Salomon

Si Jéhovah lui-même ne bâtit la maison,
c’est pour rien que ses bâtisseurs y ont travaillé dur.
Si Jéhovah lui-même ne garde la ville,
c’est pour rien que la garde s’est tenue éveillée.

C’est pour rien que vous vous levez de bonne heure,
que vous vous asseyez tard,
que vous mangez de la nourriture dans les douleurs.
C’est ainsi qu’il donne le sommeil à son bien-aimé.

Psaume 127:1,2


Lire la Bible en ligne ...

Publié dans Versets bibliques préférés | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |

samedi, 08 octobre 2005

Calendrier juif

medium_calendrier.jpeg

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

vendredi, 07 octobre 2005

Propos sur le bonheur

Extrait du Propos sur le bonheur de Alain (Émile Chartier) (1868-1951)

"On devrait bien enseigner aux enfants l'art d'être heureux. Non pas l'art d'être heureux quand le malheur vous tombe sur la tête ; je laisse cela aux stoïciens ; mais l'art d'être heureux quand les circonstances sont passables et que toute l'amertume de la vie se réduit à de petits ennuis et à de petits malaises."

 

"Il n'est pas difficile d'être malheureux ou mécontent ; il suffit de s'asseoir, comme fait un prince qui attend qu'on l'amuse ; ce regard qui guette et pèse le bonheur comme une denrée jette sur toutes choses la couleur de l'ennui ; non sans majesté, car il y a une sorte de puissance à mépriser toutes les offrandes ; mais j'y vois aussi une impatience et une colère à l'égard des ouvriers ingénieux qui font du bonheur avec peu de chose, comme les enfants font des jardins. Je fuis. L'expérience m'a fait voir assez que l'on ne peut distraire ceux qui s'ennuient d'eux-mêmes."

 

"Ce que l'on n'a point assez dit, c'est que c'est un devoir aussi envers les autres que d'être heureux. On dit bien qu'il n'y a d'aimé que celui qui est heureux ; mais on oublie que cette récompense est juste et méritée ; car le malheur, l'ennui et le désespoir sont dans l'air que nous respirons tous ; aussi nous devons reconnaissance et couronne d'athlète à ceux qui digèrent les miasmes, et purifient en quelque sorte la commune vie par leur énergique exemple. Aussi n'y a-t-il rien de plus profond dans l'amour que le serment d'être heureux. "

 

Le texte intégral : alain_propos_bonheur.doc

Publié dans Le Bonheur, Lectures | Cinéma | Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

jeudi, 06 octobre 2005

Pourquoi ces couleurs en automne ?

Toute ma vie, je l’ai vécue sous les Tropiques. Depuis seulement deux ans, Mon mari et moi avons choisi de résider au Canada. Les saisons sont donc un enchantement pour moi et chaque changement est une invitation à redécouvrir mon environnement. Depuis trois ou quatre jours, les feuilles des arbres commencent à changer autour de nous. C’est singulier car la température n’a pas vraiment changé, le thermomètre indique encore l’été. Hier encore, nous avons eu 28°C. Tous s’accordent à dire qu’aussi loin qu’ils se remémorent, il n’a jamais fait aussi chaud en octobre au Québec. Alors pourquoi les feuilles changent-elles de couleurs irrémédiablement ? La question me turlupine dans la tête, sans vraiment me harceler mais une question sans réponse cause toujours une certaine gêne.

Déjà l’automne dernier, je me suis interrogée sur le sujet mais posé autrement. J’étais convaincue que les feuilles changent de couleurs parce que la température de l’air baisse, je me disais que ce doit être le fait de passer en dessous des 10°C. Je trouvais amusant que ce rafraîchissement, s’il est la cause, génère la mort progressive des feuilles, alors qu’au printemps cette même température suscite la naissance des bourgeons, après la rude saison hivernale qui a imposé aux arbres des -30°C, des bourrasques, vents et autres tempêtes de neige.

En fait, le changement des couleurs n’est pas tant dû à la température mais plutôt à la longueur des journées qui raccourcit. Ce matin le soleil s’est levé à 7h sur Montréal, et il se couchera ce soir à 18h25. Au milieu de l’été, il se lève à 5h pour se coucher bien après 20h ! Aussi, bien que les journées soient encore chaudes, les nuits se sont considérablement rafraîchies. Les courtes journées et les nuits froides contribuent donc à changer le ‘métabolisme’ des feuilles et diminuent la production de chlorophylle. La face de la feuille change aussi de pigmentation. Bref, toute une mutation jusqu’à ce qu’un grand coup de vent les emporte tous. Les feuilles alors tomberont, des billions de tonnes chaque année paraît-il !

Pour ceux qui veulent en savoir plus, ou ceux qui se passionnent pour les détails du processus chimique, il y a une excellente page web à ce sujet : La chimie des couleurs de l'automne. Faîtes-y un tour, vous ne serez pas déçu.

Publié dans Vivre au Québec | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

mercredi, 05 octobre 2005

Le bonheur de l'homme

L'homme de couleur se meurt parce qu'il n'a plus rien à manger et ne sait plus à qui le demander. L'homme blanc se donne la mort parce qu'il a trop de choses à gérer, ne sait ce qu'il veut et, de toute manière, ne sait pas avec qui le partager.

Publié dans Le Bonheur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

mardi, 04 octobre 2005

Liste de mariage chez Sears

Sears Canada c'est un peu notre Galerie Lafayette en moins chic, tout en étant l'équivalent de La Redoute en moins efficace. Plus de marketing mais reste moins sympatique. En fait, c'est une de ces grosses multinationales américaines impersonnelles qui s'efforcent de personnaliser leur approche, en vain. Le site internet de Sears Canada est assez facile à explorer. Je m'y rends donc pour essayer de trouver un cadeau de mariage à offrir pour des amis qui se marient bientôt, ils ont choisi Sears pour publier leur liste de mariage. J'ai repéré deux articles ménagers de moins de 30$ qui me paraissent intéressants, je ferai mon choix définitif une fois dans le magasin. Je note la référence code barre de la liste de mariage et je file au centre Sears le plus grand et assez proche de chez moi (sur Côte Vertu pour ceux qui connaissent Montréal).

Arrivée là, premier constat : mes articles choisis ne sont pas en rayon. Deuxième constat quand j'ai voulu avoir de l'aide : très peu de vendeuses dans l'énorme magasin. Je m'adresse à l'une d'elle puis à une autre pour m'entendre dire 'Vraiment désolée, c'est pas mon département' (avec un sourire mais me laisse néanmoins plantée là). Finalement, une vendeuse veut bien me renseigner, mais elle me dit qu'elle ne peut rien faire avec la référence des objets que je lui donne. Elle n'est pas en mesure d'accéder aux listes de mariage depuis son ordinateur. C'est juste un genre de grosse caisse enregistreuse qu'elle a. Il n'y a pas internet dessus !! Elle me dit que j'aurais dû imprimer la liste, ainsi elle aurait passé le scan sur le code-barre imprimé en haut de la liste. Oui mais je n'ai pas d'imprimante chez moi. Comment on fait alors ? Elle est aussi embarrassée que moi. Dans les autres grands magasins (HBC, la Baie, Walmart...) il y a toujours une borne informatisée dédiée aux listes de mariage. Chez Sears, il faut que tu viennes avec ta liste, sinon tu auras du mal à trouver ton cadeau (si tu le trouves), et surtout tu ne pourras pas l'enlever de la liste pour informer les mariés et prévenir un doublon dans les cadeaux. Elle me conseille alors d'aller au comptoir de ventes par correspondance au fond du magasin (l'équivalent de La Redoute, je vous disais).

Là, la vendeuse appelle un autre bureau de Sears pour demander qu'on nous faxe la liste de mariage. Mais encore là, vous avez intérêt à connaître l'orthographe exacte des noms des deux futurs mariés et la date précise du mariage. Après 10 minutes d'attente, vous recevez votre précieux fax, pendant ce temps 'Magasinez dans le magasin' qu'elle dit la charmante vendeuse : 'Y a pleins de choses à voir'. Oui, oui, c'est ça, suis-je venue pour ça ?? Donc si vos amis qui se marient ont une liste chez Sears, ne vous faîtes pas avoir comme moi, un samedi après midi dont vous vous souviendrez. Après ça, ils osent encore vous proposer à la caisse la carte Sears pour obtenir pleins de réduction sur vos prochains achats. Comme si je reviendrai faire pleins d'achats ici !

Publié dans Vivre au Québec | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

 

© 2006 Copyright, Design & Textes de Lilia
Pour toute question, me contacter