« Urgent : vos idées de recettes ? | Page d'accueil | L'amour en grec »

lundi, 06 novembre 2006

Cobayes humains

Pills and capsulesParmi nos connaissances au Québec, nous avons un ami qui travaille chez Anapharm en tant que laborantin. Avant de le rencontrer, je ne connaissais rien au monde des laboratoires de recherches cliniques. Ce que j’apprends de cet univers est quelque peu bouleversant et soulève énormément de questions d’éthique auxquelles je n’ai jamais été confrontée.

La particularité de ces agences d’études cliniques est qu’elles expérimentent les médicaments directement sur des candidats humains tous volontaires : des cobayes humains rémunérés.

Les études cliniques sont classées en 4 catégories, de la Phase I à IV, selon le stade expérimental de la substance à tester. Le candidat est invité à tester le médicament à l'une des phases d'éxpérimentation à la fois (souvent en Phase III)

En Phase I, la plus dangereuse, on expérimente le médicament pour la première fois sur un être humain (vous donc, si vous vous présentez comme candidat). N’ayant été testé que sur des animaux jusque là, ou seulement avec des données pré cliniques disponibles, on ne sait pas ou peu l’effet qu’il aura sur un être humain. En général, ces études sont mieux rémunérées, mais vous prenez aussi plus de risque et vous signez une décharge le reconnaissant. Mon ami me racontait que dans ce cadre-là, son laboratoire devait essayer un nouveau médicament qui nécessitait l’arrêt du cœur du patient pendant quelques secondes, pour le faire repartir après grâce au médicament.
Comme il s’agissait d’un test (donc au résultat aléatoire), toute une équipe de réanimation se tenait prêt au cas où le cœur ne repartait pas à battre comme prévu. Cette étude-là était proposée contre une indemnité compensatoire de plus de 20.000 $.

Les études de la Phase II ont pour but de tester l'efficacité d’un nouveau traitement déjà testé au niveau I, d'identifier sa dose optimale (en relation avec son efficacité) et de contrôler les effets secondaires qu'il occasionne.

La Phase III est la phase de comparaison (bioéquivalence), on testera l'efficacité du nouveau traitement par rapport à celle du meilleur traitement connu, c'est-à-dire le traitement de référence. Ces études à cette étape-ci sont de grande envergure car elles doivent être à même de détecter une éventuelle différence entre les deux traitements qui peut être petite; elles impliquent beaucoup plus de volontaires. C’est le type d’études le plus pratiqué.

La Phase IV que je qualifierais de moins ‘risquée’ s’attache à tester les effets secondaires ou à long terme d’un médicament déjà en circulation sur le marché. Elles ont pour but de mesurer l'efficacité et la non toxicité à long terme ainsi que l'apparition éventuelle d'effets secondaires rares. De nouveaux dosages et indications peuvent être également testés.

PilulesLes candidats sont tous volontaires et séjournent à plein temps dans les centres d’études durant la période de test. La rémunération varie en fonction des contraintes imposées au candidat : nombre et fréquence des prises de sang, moments où elles sont effectuées (des fois plusieurs fois en pleine nuit), types de régimes alimentaires (toujours fournis) imposés… et bien sûr le risque de vie ou de mort qu’on prend en Phase I notamment. La rémunération se situe entre 300 et 2.000$ à l’exception des études en Phase I, qui ‘rapportent’ plus.

C’est naturellement que j’en vins à me poser la question si j’aurais participé à ces études cliniques, et proposer mon corps au service de la communauté, d’une certaine manière.


Les laboratoires tels qu’Anapharm et ses concurrents font beaucoup de publicité ici pour trouver des candidats pour leurs études. Il y a sans cesse des études en cours qui nécessitent des volontaires. Ces études font considérablement avancer la science et la recherche pharmaceutique. Pour des raisons d’éthique, il semblerait que ces laboratoires canadiens réalisent les études pour beaucoup de clients français. La législation canadienne serait moins restrictive en la matière. Beaucoup de médicaments qui sont donc maintenant en libre circulation en France ont bénéficié des tests réalisés sur des êtres humains au Canada.

Mais détrompez-vous (moi aussi j’ai vite déchanté), la plupart des participants aux études (sinon la quasi-totalité) ne le font pas pour l’avancement de la science. Mais uniquement pour l’argent. En général, ils appartiennent soit à la classe moyenne composée d’artistes non professionnels (à revenus aléatoires) ou carrément des clochards mais tout de même en bonne santé, seule véritable critère de sélection. Études après études, ce sont en général les mêmes qui reviennent. Ce qui a d’ailleurs amené les laboratoires à imposer une période d’attente de 30 à 90 jours entre deux études. Pour que les traces du médicament testé puissent disparaître complètement de l’organisme, et permettre au volume sanguin de se régénérer, en fonction du prélèvement qui a été effectué lors de l’étude précédente.

Personnellement, après réflexion et longues discussions avec mon entourage, j’ai résolu que je n’aurais pas participé à ces études (même si j’avais urgemment besoin d’argent) pour les mêmes raisons que je ne fume pas ou ne me drogue : je ne voudrais pas souiller mon corps de substances plus ou moins nocives à effet plus ou moins attendus. Mais c’est mon choix et je sais que c’est une question de conscience. Dans le même temps, il est toujours gênant de réaliser que si tout le monde réagissait comme moi, la science stagnerait. En effet, saviez-vous que absolument tous les médicaments actuellement sur le marché sont passés par ces étapes d’expérimentation : de l’aspirine aux médicaments de traitement du cancer.

Publié dans Étude personnelle, Vivre au Québec | Lien permanent | Commentaires (42) | |  Facebook |

Commentaires

J'ai souvent entendu parler de ces individus qui décident de tester des médicaments contre de l'argent. Cela ne me choque pas, les gens choisis sont toujours en très bonne santé et ils acceptent en toute connaissance de cause.
Alors pourquoi pas ? Il faut bien tester les remèdes sur des humains. Ils jouent même un rôle extrèmement important dans la recherche médicale dont nous profitons tous.
Vraiment, tout ceci ne me choque pas. Bonne soirée Lilia.

Écrit par : Marie Bland | lundi, 06 novembre 2006

Tany USA fahiny, ny mponina mainty no nanaovana fanandramana maimaim-poana. Ary tany amintsika, misy anie milaza fa tsy tsaho fotsiny fa tsy maintsy misy fototra ireo tantara-na "mpaka fo" fahiny ireny e. Mino aho fa efa miomana ry zareo fa rehefa tsy mahita izay ilainy any Kanada intsony izy ireo dia hanokatra toeram-pikarohana any amin'ny tany mahantra anohizany ny fikarohany. Fanandramana atakalo vary iray vilia ...

Écrit par : tomavana | lundi, 06 novembre 2006

En effet, pourquoi pas ?? Si vraiment j'avais besoin d'argent pour nourir ma famille, je ne crois pas que j'hésiterais... Quoi que... Si les tests me coutaient la vie... ce serait pire qu'avant... Dilemne...

Bon, pesons à autre chose...

A bientôt Lilia... Merci pour tes visites...

Écrit par : syrius | mardi, 07 novembre 2006

Bonjour Lilia, mon mari a servi de cobaye lors de l'expérimentation d'un nouveau médicament pour le diabète. Mais il n'a jamais reçu le moindre sous pour ça.

Écrit par : tinou | mardi, 07 novembre 2006

Cela me rappelle le très beau film (et livre) : "la constance du jardinier" qui parle de l'essai de médicaments sur des populations en Afrique...horrible ! Travailler dans la pharmacie rapporte bien mais je crois que je ne pourrais pas...!

Écrit par : Christine | mardi, 07 novembre 2006

@Marie Bland. La question est de se demander si toi tu accepterais ? C'est sûr, on dit merci à ceux qui veulent bien.

@Tomavana. Je pense que ce que l'on sait (et que je reprends dans ma note), c'est la jolie face officielle. La face cachée, c'est ce que tu dis, les pratiques qui se font sur les pauvres dans les pays du Tiers monde.

@Syrius. Il y a des personnes qui n'acceptent que les études les "moins risquées". Ils garantissent, notamment en phase III qu'il n'y a pas de séquelles graves sur ta santé. C'est comme tester un aspirine pour le comparer à l'Efferalgan sur ton corps. Mais ça ne rapporte pas gros dans ces cas-là.

@Tinou. Hum, je pense que c'est lié à la législation française (absence de rémunération). Car le plus gros problème justement, c'est l'appat du gain facile. Sans compensation monétaire, c'est vraiment un geste pour la science.

@Christine. Il faut vraiment que je vois ce film "The Constant Gardener". Beaucoup m'en ont parlé en termes positifs. Merci !

Écrit par : Lilia | mardi, 07 novembre 2006

Salut Lilia,
Je crois que Tomavana fait reference a " The tuskegee Syphilis experiment ".
http://www.infoplease.com/ipa/A0762136.html
C'est aussi abject que le titre le suggere. Pour continuer sur ce commentaire, "The constant Gardener" est un film tres bien fait sur l'experimentation de medicaments sur des personnes dans les PVDs. Le mot-cle est bien sur le fait que ces tests sont fait en non-connaissance de cause. Personellement,s j'ai deja vendu mon plasma a une banque de sang en Louisianne pour un peu d'argent de poche....pas vraiment la meme chose mais bon, a priori je n'ai rien contre car ca serait de mon plein gre.

Écrit par : lova | mardi, 07 novembre 2006

Salut Lilia,
sujet très interessant, et effectivement j'ai déjà discuté avec quelqu'un qui avait servis de cobaye dans un de ces centre, attiré bien évidement par l'argent...

Personnellement je ne le ferais pas pour les même raisons que toi et aussi parce que je deteste les médicaments, je n'en prend que quand c'est vraiment inivitable.

Ton sujet en amène un autre, si tester les médicament est inévitable alors que dire aux gens qui contestent les tests sur les animeaux. Qu'est ce qui est plus acceptable de tester sur un animal (qui n'a rien demandé) ou tester sur un humain (en profitant de son besoin en argent)??? personnellement je n'arrive pas à avoir une position en toute rationalité.

PS: je te conseil aussi la constance du jardinier :) très très bon film

Écrit par : Kenza | mardi, 07 novembre 2006

@Lova. Un grand merci pour ce lien. C'est révoltant, je n'en reviens pas. Des cobayes choisis parce qu'ils sont noirs, laissés dans l'ignorance de leur état pour parvenir à leur mort (due directement ou non de la Syphilis), et ainsi tirer profit des résultats de leur autopsie. Il n'y a pas de mots pour qualifier cette expérimentation et les mots d'excuses de Clinton ne changent rien aux faits.

@Kenza. Ma position par rapport aux animaux est différente. De la même façon qu'on peut les utiliser pour notre alimentation ou nos besoins primaires, je pense que le Créateur ne voit pas de mal à ce qu'on les utilise pour l'expérimentation médicale, à condition qu'on limite leurs souffrances inutiles. Que penses-tu de ce raisonnement ?
Je suis contente qu'on voie les choses de la même manière pour l'expérimentation sur des sujets humains.

Écrit par : Lilia | mardi, 07 novembre 2006

@Lova Tena io ilay izy, misaotra betsaka tompoko ô !

Écrit par : tomavana | mercredi, 08 novembre 2006

Tsisy fisoarana Lilia si Tomavana. J'aurai aime partager des infos moins glauques..:( mais bon, c'est la realite des choses et je suis d'accord que ces excuses semblent bien vaines par rapport a l'atrocite du concept.
Heureusement, la recherche n'est pas faite que par des gens sans conscience, ;)

Écrit par : lova | mercredi, 08 novembre 2006

C'est assez vénal de gagner de l'argent de cette manière, mais je ne critiquerai pas ceux qui le font dès l'instant où ils ne mettent que LEUR PROPRE VIE en danger.
Pour ce qui me concerne je pense que je le ferais, mais uniquement si j'étais en phase critique de la maladie pour laquelle ce médicament était testé.
Bonne journée Lilia.

Écrit par : touchatout | mercredi, 08 novembre 2006

Je pense qu'il faut bien un jour ou l'autre commencer à donner les nouveaux médicaments à des humains, sinon il est inutile de faire des recherches pour en créer de nouveaux. Je trouve cela parfaitement nomal de les donner d'abord à des personnes en bonne santé plutôt que de risquer d'aggraver la santé de personnes déjà malades. Pour finir, je trouve qu'il est beaucoup plus juste que ces essais soient fait par des personnes qui en ont fait le choix, quelles que soient leurs raisons, financières ou morales, je comprends qu'on les rétribue pour le risque qu'ils prennent. Je leur en suis reconnaissante.
Merci pour ta visite ! Oui, ta photo ets très chouette, cela a vraiment l'air d'une femme !

Écrit par : Briesing | mercredi, 08 novembre 2006

OT OT OT OT
hey Lilia je vais réfléchir sérieusement à cette petite parenthèse lunch ok?
OT OT OT OT done

bzzz

Écrit par : jogany | jeudi, 09 novembre 2006

Je rejoins le commentaire de Lova, j'allais faire référence à The Constant gardener également.. Alors autant je suis pour l'avancement scientifique, autant je suis révoltée par certaines pratiques. Et oui l' Afrique renferme nombre de cobayes, non volontaires, chez qui on peut prendre davantage de risques, et qu'on n'en doute plus, avec zéro éthique...

Écrit par : Tattum | jeudi, 09 novembre 2006

j'ai été surprise un jour de voir dans un journal
une annonce pour ce genre de tests!!!!Pas mal rémunéré...

une amie s'est présentée pour avoir un ptit peu de sous...; mais quand on lui a parlé de pb peut ^tre de peau , eczéma etc.... elle n'a pas donné suite....

veloma chère lilia!!!

Écrit par : dite | jeudi, 09 novembre 2006

@ Touchatout : mais peut-on être cobaye si on est malade ? il me semble que non ?

Pour ma part, j'avoue que je ne me suis jamais posée la question... Cependant, je ne jette pas la pierre à ceux qui le font pour des raisons financières : quand on manque d'argent, on peut aller loin, très loin. Jusqu'à se mettre en danger soi-même. Ce type de comportement ne doit pas être jugé.
Tester sur des humains, pourquoi pas : comme tu le dis, c'est ainsi que la science progresse. Ce qui reste primordial, c'est que le 'cobaye' connaisse tous les tenants et aboutissants du test : s'il accepte en son âme et conscience, alors d'accord. Mais mentir à des populations, les manipuler et les utiliser sans aucun scrupule... J'avoue que c'est effrayant et révoltant.

Écrit par : Titania | jeudi, 09 novembre 2006

@Tomavana. Misaotranao.

@Lova. Tu as raison de rappeler que tout n'est pas à condamner dans le milieu de la recherche pharmaceutique. La passion dans les débats présente des dérives aussi.

@Touchatout et Titania. Titania, tu as raison. En général les cliniques recherchent des sujets saints pour pouvoir voir les effets du médicament sur leur sang en fonction des dosages et de l'évolution dans le temps (toutes les heures par exemple). Puis ils tracent des courbes d'analyse, etc... C'est comme ça qu'ils savent que le médicament donné agît au bout de tel nombre d'heures, est à sa pleine efficacité au bout de combien et enfin arrête son effet à quel moment. Si le sujet a déjà une pathologie, ça fausse les données.
Je sais que les exigences (à part être bien portant) sont si l'étude requiert des candidats fumeurs ou non, ménopausés ou pas, andropausés ou non pour les hommes, ... et une tranche d'âge déterminée.

@Briesing. L'indemnité compensatoire (jolie appellation n'est-ce pas?) est certainement un élément essentiel qui permet aux cliniques d'avoir constamment des candidats. Après on peut les juger ou pas (candidats et cliniques) mais ça permet de faire avancer pour le bien de toute la communauté. Même ceux qui sont contre en profitent en fin de compte. Donc c'est un sujet décidément complexe.

@Jogany. I must be tired but I did not get your OT. What does it stand for ???

@Tattum. Tu as une position équilibrée, mais je vais t'exposer autre chose que notre ami m'a soumise (tu me diras ton avis). Certains clients (ceux qui font la demande d'étude auprès des cliniques donc) exigent que les tests soient faits uniquement sur des personnes de race blanche. Ils ne veulent pas de cobayes noirs, même si les médicaments iront à toute la population.

@Dite. Je dois t'avouer que quand je vois une annonce qui te propose 2000$ pour une étude bénigne de trois jours, tu ne peux que cligner de l'oeil !! Après il faut bien lire les petits caractères du contrat que tu signes...

Écrit par : Lilia | jeudi, 09 novembre 2006

Pour répondre à ton petit mot Lilia : oui je servirais de cobaye si j'en avais l'occasion. A bientôt.

Écrit par : Marie Bland | jeudi, 09 novembre 2006

Servir de cobbaye dans le but de faire avancer la science en toute connaissance de cause, en étant sain de corps et d'esprit, sans attendre de rémunération est un don de soi, un don d'amour et d'espérance.
Mais à partir du moment ou rentre en jeu un financement quelconque sous forme d'avantages en nature ou financiers, on peu parler de commerce et de manipulation.
Manipulation des uns qui profitent de la précarité des autres, acceptation des autres pour améliorer la précarité.
Les essais scientifiques ont souvent été commis sur des êtres humains, à leur insu, à grande échelle sur des pays du tiers monde et dans des pays dits développés , sur des personnes handicapées mentales ou motrices, sur des hommes et des femmes différents, par leur culture, leur religion donnant lieu à l'Eugénisme le plus odieux qu'il soit. Et je m'inscris dans cette lutte qui est encore celle d'hier mais qui sera encore plus celle de demain à savoir que l'homme (comme l'animal) ne doit pas devenir de la matière.
Parce que la vie est un cadeau magnifique qu'il faut respecter dans son entité la plus complète, et dans le respect de la création.

Écrit par : Claude | jeudi, 09 novembre 2006

Je connais des jeunes, étudiants, qui testent ces nouveaux médicaments en milieu hspitalier... avec les risques que cela comporte!
PS en ce qui concerne ta question, la photo prise à Chartres a été faite il y a une dizaine de jours

Écrit par : lynette:0007: | jeudi, 09 novembre 2006

Ic, j'en ai la nausée. Faut pas me parler de ce genre de trucs ou je risque de tomber dans les pommes...

Y a eu un film y a pas longtemps qui traitaient du sujet ou les tests se faisaient sur des populations africaines... sans les rémunerer... Pas cool tout ça. berk berk berk

Écrit par : jpou | vendredi, 10 novembre 2006

Oui, il y a des annonces qui précisent des caractères physiques précis (donc pouvant induire par là un type de population déterminé) dans certains journaux et en général ils apportent pas mal de détails (indemnisations, disponibilité, etc..)
Mais je m'avancerai à dire et à penser, et c'est pas l'histoire qui me contradira sur le fond de la pratique, les tests les moins dangereux se font probablement avec des cobayes blancs, tandis que le reste, ...

Écrit par : Tattum | vendredi, 10 novembre 2006

@Marie-Bland. Merci pour ta réponse. Il est intéressant de constater les différentes prises de position sur ce sujet, mais bon tout ça reste théorique à notre niveau...

@Claude. Je suis d'accord avec l'ensemble de ton commentaire sauf que la compensation monétaire me semble la moindre des choses, pour des personnes qui engagent leur corps pour la science comme tu dis. Sinon je suis contre l'exploitation du petit par les grands de ce monde, c'est certain. Merci aussi pour le rappel sur le don de la vie, c'est la façon la plus correcte de voir les choses.

@Lynette. Pourquoi ton pseudo change de chiffres régulièrement ? :))) LOL
Pour les études cliniques, malheureusement tu as raison, les étudiants font partie des candidats fréquents aussi ici... précarité, besoin d'argent, manque de soutiens... Dommage pour des êtres si jeunes sensés avoir la vie devant eux...

@Tattum. Je voulais dire que ces clients voudraient optimiser leurs produits en tenant compte uniquement d'une catégorie de consommateurs. Considérant que l'effet sur les mainty ne compte pas :S

Écrit par : Lilia | vendredi, 10 novembre 2006

Mon frère s'était ainsi porté volontaire pour des médicaments devant soigner le Sida. La sélection est sévère. Il n'a pas été retenu.

Écrit par : kipik | vendredi, 10 novembre 2006

Si les personnes le font pour assurer leur subsistance, c'est lamentable, s'il s'agit de volontaires qui marchandent leur corps auprès de laboratoires dont le but essentiel est le profit , cela les regarde..L'expérimentation, dans les pays sous-développés, sur des populations non réellement volontaires étaient courantes dans la première moitié du 20ième siècle...A présent, on leur vend des médicaments usagés..

Écrit par : jelb | vendredi, 10 novembre 2006

@Kipik. Est-ce qu'ils proposaient une compensation monétaire ?

@Jelb. J'avais oublié cette histoire de médicaments passés date et lunettes usagées. Triste réalité pour le Tiers monde.

Écrit par : Lilia | lundi, 13 novembre 2006

Waooo... J'ai une idée ! Je vais faire de l'offshoring de ces tests en Afrique !!! C'est tout bénef ! La population de test sera plus élevée, les résultats plus précis. Cette population bien rémunérée et participe au bien-être de l'Occident... Aucune contrainte législative sur l'éthique. Et le tout financer par l'Occident ! Bref, on va refuser du monde.
Je rigole mais franchement, voilà une "idée" qui risque de faire du bruit s'il arrive sur ce continent. Et ça m'étnonnerait pas que qqun y aurait déjà pensé. Il est peut-être entrain d'envisager les questions pratiques...
Genre, scoop du jour: Une ONG teste pour le compte d'un labo pharma un nouveau médicament sur des réfugiés affamés au mileu du désert... Brrrrr...

Écrit par : Marc | lundi, 27 novembre 2006

Marc, ça se fait déjà comme ça... et gratis sans compensation :'(

Écrit par : Lilia | mardi, 28 novembre 2006

Mon frère s'était ainsi porté volontaire pour des médicaments devant soigner le Sida. La sélection est sévère. Il n'a pas été retenu.

Écrit par : منتديات | vendredi, 18 mai 2007

Tant mieux pour lui donc, non?!

Écrit par : Lilia | vendredi, 25 mai 2007

Marc, ça se fait déjà comme ça... et gratis sans compensation :'(

Écrit par : فنادق | vendredi, 17 octobre 2008

Je suis un cobaye involontaire. Suite à une operation chirurgicale de la tete, des experiences sont faites sur mon cerveau à mon insu depuis quelques années à Montpellier et à lille. Le resultat: ils sont arrivés à me reveiller à distance?!?
le probleme est que des cobayes volontaires existent, moi c'est un hold up qu'ils ont fait de ma vie en essayant de me faire peur, de m'intimider pour que je' ne parle pas.
Maintenant ce sont des methodes d'un tel culot qui dépasse l'imagination qu'il faut dénoncer avec vehemence.
Merci pour votre article

Écrit par : THIAM | samedi, 28 février 2009

@ Thiam. Ce que vous dites me fait frissonner. Comment font-ils cela ? Est-ce que vous portez en permanence un appareil ?

Merci pour votre témoignage.

Écrit par : Lilia | mercredi, 11 mars 2009

دردشة
منتديات
دليل
العاب فلاش
شات
دردشة
منتديات
شات
العاب
صور
صور اطفال
صور انيمي
نور و لميس
صور للفنانين ,, صور فنانين ,, صور مشاهير

Écrit par : forums | vendredi, 27 mars 2009

Bonjour Lilia, j'etais partie en voyage, raison de ma tardive reponse.
Je vous invite à consulter les sites de : digital angel, ou puce RFID ou puce C3B, là vous aurez toutes les informations concernant ce probleme.
MERCI.
ps : je rappelle que en ce qui me concerne cette puce m'a ete implanté en cachette, a mon insu lors d'une simple intervention chirurgicale:

Écrit par : THIAM | mercredi, 29 avril 2009

thank you .. :)

Écrit par : clavier arabe | mardi, 11 août 2009

ps : je rappelle que en ce qui me concerne cette puce m'a ete implanté en cachette, a mon insu lors d'une simple intervention chirurgicale:

Écrit par : رسائل حب | vendredi, 22 octobre 2010

Pour répondre à ton petit mot Lilia : oui je servirais de cobaye si j'en avais l'occasion. A bientôt.

Écrit par : forum.q-sof | vendredi, 19 novembre 2010

tu as bien fais, on ne peut pas prevoir les effets secondaires d'un individu à l'autre et encore moins sur le long terme, il y a qu'a voir le cas du mediator...

Écrit par : Forex | mardi, 30 novembre 2010

very nice site thanks alot bookmarkd!

Écrit par : منتديات بنات | samedi, 01 janvier 2011

Merci, c’etait tres interessant pour moi .excellent ce billet!

Écrit par : hollisdillar | samedi, 10 septembre 2011

 

© 2006 Copyright, Design & Textes de Lilia
Pour toute question, me contacter