« Cobayes humains | Page d'accueil | Malgachoscopie »

lundi, 13 novembre 2006

L'amour en grec

Peu de mots ont fait couler autant d’encre. Peu de sentiments ont suscité autant d’émotions mais aussi de contradictions dans les comportements des uns et des autres. On lui a imputé les responsabilités de certaines actions, il a été la motivation de plusieurs générations. Je parle de l’AMOUR. Sous toutes ses formes, il est un puissant moteur qui pousse à l’action. Il serait le secret du bonheur véritable. Mais quel amour ?

En effet, il y a différentes sortes d’amour.
La langue grecque, dans sa variété de nuances, est peut-être celle qui reproduit le mieux ces différentes définitions. La partie de la bible qui est le Nouveau Testament ayant été écrit en grec, l’étude de la bible dans son ensemble m’a permise d'approfondir la compréhension de ces termes. J'ébauche ici rapidement les quatre principales sortes d'amour en langue grecque.

ÉRÔS : en référence au dieu grec de l’amour, le mot Érôs désigne l’amour romantique qui rapproche deux êtres et mène à l’union physique. C’est un sentiment qui ne devrait s’épanouir que dans le cadre du mariage. Bien que ce mot ne figure pas dans la bible, l’idée y est clairement évoquée, par exemple dans le chapitre où l’apôtre Paul s’adresse aux couples pour leur parler sans détour des relations conjugales (I Corinthiens 7:2-5). Et qui ne connait pas les paroles enflammées du Chant de Salomon (Cantique des cantiques) qui décrit l'amour réciproque d'un jeune berger pour une humble paysanne ?

STORGÊ : est le sentiment d’affection naturelle qui se manifeste entre membres d’une même famille : entre frères et sœurs, entre un parent et son enfant. Il implique donc les liens du sang. C’est ce sentiment qui fait que, par exemple, une mère ne peut pas rester insensible aux pleurs de son enfant ou encore selon Esaie 49:15, une femme ne peut oublier son nourrisson, le fruit de son ventre.

PHILIA : est la chaleureuse amitié née d’une estime mutuelle. C’est à juste titre donc qu’il est traduit par amour fraternel entre chrétiens et personnes qui ont mêmes centres d’intérêt (Romains 12:10). C’est par exemple l’affection (sans aucune connotation sexuelle) qui unissait David et Jonathan, un exemple légendaire d’amitié : I Samuel 18:3,4. Ou encore le terme utilisé en Jean 20:2 pour désigner l’affection que Jésus avait particulièrement pour Jean, le disciple qu’il aimait.
C'est de ce mot grec que dérivent des termes comme Philanthropie (amour humanitaire) ou Philharmonie (amour de la musique)...
Il est intéressant de constater qu'en matière de relations humaines, si l’amour Storgê est hérité (non choisi), l’amour Philia est mérité, développé et résulte d’un choix réfléchi. En effet, on choisit ses amis.

AGAPÊ : est le genre d’amour le plus élevé. Fondé sur les principes, il permettrait à quelqu’un qui le cultive d’arriver à aimer son ennemi. Il serait la forme d’amour qui procurerait le plus de bonheur car il est désintéressé et n’attend rien en retour, il ne passe jamais. C’est cet amour qui a poussé le Christ a donné sa vie en sacrifice pour l’humanité.
I Corinthiens 13:4-8 résume merveilleusement ses caractéristiques. Ainsi cet amour est plus grand que la foi, et se trouve être le plus grand attribut qui caractérise le Créateur. C’est le terme utilisé en 1 Jean 4 : 8 et 16 quand il est dit que ‘Dieu est amour’

Pour trouver le bonheur véritable et durable, il faut cultiver la sorte d’amour appropriée auprès de chaque personne. En effet, aimer d’un amour Philia une personne peu fréquentable peut nous mener à la catastrophe par exemple. Ou aimer d’un amour Érôs un être qui ne nous le rend pas ou ne souhaite pas partager sa vie avec nous mènera aussi à la désillusion. Seul l’amour Agapê peut être cultivé indifféremment, car sa définition même nous fixe dans les limites des principes chrétiens.

Publié dans Étude personnelle, Le Bonheur | Lien permanent | Commentaires (25) | |  Facebook |

Commentaires

Belle note Lilia en cette nouvelle semaine.
Je pense que je suis dans la phase à travailler mon AGAPÊ.... Il y a des dérapages mais nous sommes humains et en plus dans le rayon expérience je ne suis pas vraiment équipée. Mais j'y travaille, j'y travaille...C'est de loin le plus difficile à réaliser non?
Sinon on PHILIA bien à Montréal non?

bzzzz jog

Écrit par : JoGanY | lundi, 13 novembre 2006

hé hé ! Ca y est j'utilise blogines.com, il faut encore que je configure deux, trois trucs. Merci pour le tuyau en tt cas ;) Je ne savais pas que le nouveau testament avait été écrit en grec.
Pour être heureux, à mon avis, on a besoin d'amour car il donne du sens à nos actions ! On peut souffrir de l'amour et en particuliers d'Eros, mais je pense que tu es encore plus malheureux si tu ne ressens pas d'amour.
Je vous souhaite beaucoup d'amour dans vos vies :)

Écrit par : Mia | lundi, 13 novembre 2006

Intéressant tout cela.

J'ai déjà entendu un pasteur précher la dessus.

Tu lis la bible depuis longtemps?

A bientot.

JPou

Écrit par : jpou | lundi, 13 novembre 2006

L'amour se conjugue à travers le temps, les cultures,il sublime la passion à travers les civilisations comme un dieu ou une déesse qui charme le coeur de cette humanité...sourire amitié

Écrit par : souviens toi | lundi, 13 novembre 2006

L'amour a de tous temps fait couler beaucoup d'encre, et de larmes aussi. Il existe effectivement plusieurs amours, STORGÊ est très fort chez moi.
Et mon rêve pour l'humanité serait que AGAPÊ règne en maître sur la terre.
Ah l'amour, l'amour, l'amour... Bonsoir Lilia.

Écrit par : Marie Bland | lundi, 13 novembre 2006

@Jogany. Agapê est le plus complexe, tout en étant le plus simple: juste aimer en action (partager un morceau de pain, au lieu de dire "va en paix"). Sinon, oui ça vient avec la pratique et la patience je suppose ;)

@Mia. J'attends les remerciements de Bloglines pour toute la pub que je fais pour eux !... Oui le nouveau testament avait été écrit en grec, tandis que l'ancien en hébreu et araméen. Ensuite ça a été traduit en latin et ainsi de suite, jusqu'à nous... Oui, judicieux de rappeler la nécessité d'aimer plus que d'être aimé. En fait ça revient au concept du bonheur de donner, mais là c'est donner de l'amour. Bye !

@Jpou. Je suis passionnée par l'aspect pratique de la bible. Oui j'essaie de la lire régulièrement et surtout l'étudier sans préjugés.

@Souviens-toi. Ce qu'il y a d'intéressant dans ce sentiment c'est qu'il transcende les cultures et le temps. Même s'il s'exprime différemment en fonction des us et coutumes, les motivations et impulsions sont là... preuve d'une origine commune: Dieu la source de la vie et de l'amour.

@Marie Bland. J'avais remarqué ton amour pour tes enfants :D Pour Agapê, on fait le même rêve !

Écrit par : Lilia | lundi, 13 novembre 2006

Très belle note Lilia :)
J'ai toujours entendu dire que pour le mot amour la langue arabe était celle qui avait le plus de mots pour désigner différents sentiments amoureux, j'ajoute donc le grec à mes connaissance.
en arabe l'amour entre un homme et une femme peut revetir différents niveaux ou différentes intensités et chaque état ou intensité peut trouver un mot pour le décrire.
il y a ''Al Hob'' qui est l'amour en lui même mais on trouve le mot ''Al Ishq'' qui s'approche d'une adoration mais vers un humain et non un divin, il y ''Al Hoyam'' qui inclut une sorte d'état second (en quelque sorte), il y a ''Al Lawaâ'' qui englobe une infime souffrance délicieuse, il y a encore ''Al hawa'' qui comporte une notion d'emportement ou de force ou encore ''Al Gharam'' et d'autre encore dont je n'arrive pas à me souvenir...

Les autre sorte d'amours, fraternel ou autre ont des mots bien spécifique selon le sentiments ressentis et selon les personnes on trouve donc : Al mahaba, Al Hanane, Al Mawada, .... qui sont des sentiments tendre et aimant mais qui n'inclus pas l'intensité des autres plus hauts

Écrit par : Kenza | lundi, 13 novembre 2006

Isan'ny tiako koa io teny io, hanampiko ny lahantsoratra feno nataonao, ny fitiavana Agapê tsy tezaina fa zaraina, satria tsy fototra isika fa fitaovana ihany.
Andriamanitra no fototry ny fitiavana. Izy no manome hoan'ny tsirairay mihoatra izay ilaina. Izay naharay sy nahatsapa tokoa ny halaliny sy ny hasarobidin'izany fanomezana izany dia tsy mamikitra na mitazona io Agapê io ho azy samirery fa mizara malalaka kosa amin'ny rehetra manodidina azy. Misaotra amin'ny fizaranao :-)

Écrit par : tomavana | mardi, 14 novembre 2006

@Kenza, je ne savais pas que la langue arabe était aussi riche en nuances. Finalement, ça met un bémol à mon affirmation sur le côté exceptionnel de la richesse du grec. Ça m'apprendra d'être aussi affirmative alors que je suis très loin de maîtriser les variétés de langues. Merci pour tes détails.

Écrit par : Lilia | mardi, 14 novembre 2006

@Tomavana. Faly aho mahita oe tena fatatrao misimisy ity resaka ity. Feno mba tokony tenenina ange ilay Agapê fa tsy tia makaleho aho... Misaotranao nitondran' ireo fiheritreretanao ireo, indrindra fa ilay momban'i Jeova Andriamanitra : fototry ny fitiavana.

Écrit par : Lilia | mardi, 14 novembre 2006

Très belle note que j'ai envie d'imprimer. Je la glisserais dans un livre, et je sais lequel, le "Vivre La psycologie du bonheur "de Mihaly Csikszentmihalyi.
Bonne journée.

Écrit par : Louis-Paul | mardi, 14 novembre 2006

Bonjour Professeur,
Décidemment avec toi nous n'avons pas fini d'apprendre et je dois dire qu'à l'aube de la retraite cela m'est bien agréable. Merci Lilia. Je te souhaite une agréable journée.
Jean-Claude

Écrit par : touchatout | mardi, 14 novembre 2006

très bonne idée que celle de l'imprimer et de la glisser dans un livre...

Bonne journée!

Écrit par : dite | mardi, 14 novembre 2006

@Lilia: :) la langue arabe est à l'origine la langue des poètes, l'arabie pays désertique n'offrait pas beaucoup de distractions à part aimer et chanter son amour sous les étoiles :)) ça doit venir de là.
Les vieux poèmes arabes de l'époque pré silamque (les plus beaux jamais écris en arabes) étaient tous des fleuves de déclarations sur l'amoureuse et les états émotionnels dans lesquels le poète se trouvait, en plus bien sur de décrire son courage pour se faire prévaloire auprès de son amoureuse...

le plus intriguant dans ces poèmes c'est qu'en ces temps, un homme qui se chantait d'une femme perdait ainsi tout espoir de l'épouser (ayant baffouer l'honneur de sa tribue) mais ces grands amoureux n'arrivaient décidément pas à trouver raison et clamaient leur amour en disant que très souvent il est bien trop fort pour être tus.

Nous avons nos propres Roméo et juliettes avec des histoires tout aussi dramatique mais bien des siècles avant ceux de shekspear, nous avons nos Kaïs et Laila, nos Antar et Abla et nos Jamil et Boutheina ... des amoureux fous qui ont écrit des poèmes magnifiques mais qui n'ont jamais réussi à obtenir l'objet de leur amour

Voilà pour mon petit appérçu historique :)

Bonne journée à toi

Écrit par : Kenza | mardi, 14 novembre 2006

Que ça soit dans toutes les langues sous toute ses forme l'amour à toujours fait marcher le monde, mais la haine aussi hélas

Écrit par : mamita | mercredi, 15 novembre 2006

Marrant tout ça.

Juste un petit mot pour te dire que je t'ai mise dans la liste de mes blogs d'amis sur mon Blog. A bientot.
Jpou

Écrit par : jpou | mercredi, 15 novembre 2006

@Louis-Paul et Dite. Ooh, c'est trop d'honneur :)

@Touchatout. On aurait la vie éternelle qu'on ne finirait pas d'apprendre quand même :D

@Kenza. On gagnerait à mieux connaître les cultures adjacentes à la nôtre. Merci :)

@Mamita. Hélas...

@JPou. Merci !!!

Écrit par : Lilia | mercredi, 15 novembre 2006

Que dire de cette magistrale déclinaison du mot Amour en grec je vous prie. Sinon qu'elle est parfaite!

Écrit par : Claude | mercredi, 15 novembre 2006

C'est peut-être le mot qui a fait le plus couler d'encre... on comprend pourquoi !

Écrit par : Briesing | mercredi, 15 novembre 2006

@Claude. Euh...parfaite, n'exagérons rien ! Merci :)))

Écrit par : Lilia | jeudi, 16 novembre 2006

Parfaite....??? mais instructive.... et sympatique : OUI ... Bonne journée..

Écrit par : Tina | jeudi, 16 novembre 2006

salu Lilia! hihi, c'est encore moi! en fait, en référene à ton post sur les différentes déclinaisons de l'amour, moi je suis arrivée à un stade où je ne sais plus ce que c'est que l'amour. C'est grave hein?! C'est peut-être qu'à force de "croire" avoir donné de l'amour et qu'on est déçu après, on n'y croit plus! Je ne suis ni méchante ni agressive envers l'autre, c'est juste que je n'arrive plus à définir si je fais quelque chose par amour ou pas. Je suis frappée par la définition Agapé de l'amour --> "aimer son ennemi"; mouais, mais en général ça ne rapporte rien! L'indifférence fait plus de bien au moral! C'est un avis perso, n'empêche! En tout cas, joli billet ce que tu as écrit là; je continue ma lcture! ;-)

Écrit par : Trinitty | lundi, 05 février 2007

Pour pardonner à son ennemi, il suffit de le comprendre...

Écrit par : définition des rêves | mardi, 15 juin 2010

salu Lilia! hihi, c'est encore moi! en fait, en référene à ton post sur les différentes déclinaisons de l'amour, moi je suis arrivée à un stade où je ne sais plus ce que c'est que l'amour. C'est grave hein?! C'est peut-être qu'à force de "croire" avoir donné de l'amour et qu'on est déçu après, on n'y croit plus! Je ne suis ni méchante ni agressive envers l'autre, c'est juste que je n'arrive plus à définir si je fais quelque chose par amour ou pas. Je suis frappée par la définition Agapé de l'amour --> "aimer son ennemi"; mouais, mais en général ça ne rapporte rien! L'indifférence fait plus de bien au moral! C'est un avis perso, n'empêche! En tout cas, joli billet ce que tu as écrit là; je continue ma lcture! ;-)

Écrit par : توبيكات حب | vendredi, 22 octobre 2010

très bonne idée que celle de l'imprimer et de la glisser dans un livre...

Bonne journée!

Écrit par : forum.q-sof | vendredi, 19 novembre 2010

 

© 2006 Copyright, Design & Textes de Lilia
Pour toute question, me contacter