mercredi, 28 décembre 2005

Star Académie

medium_starac.jpgQue pensez-vous du phénomène Star Academy ?
Personnellement, j'y étais farouchement opposée. Assimilant sincèrement cette mode à ce que le fast food est à la gastronomie, une sorte de machine à faire des stars au détriment du vrai art musical.
Mais j'avoue que j'ai quelque peu changé de point de vue, sans devenir fanatique pour autant (n'exagérons rien) depuis Nolwenn et autres Thierry Amiel de ‘À la recherche de la nouvelle star’.
Mais le but de ma note est de vous expliquer combien ces émissions sont encore plus 'machines' que vous pensez. En fait, elles sont tout simplement des modèles de programmes que les grands du monde médiatique appliquent à chaque pays industrialisé. Ils changent quelques détails culturels, appliquent les mêmes recettes à succès, et vous plaquent ça sur votre petit écran. À vous d'avaler.
Exemple Star Académie. En France, vous dîtes STAR ACADEMY. Au Québec, c'est STAR ACADÉMIE. Dans l'hexagone, c'est écrit en anglais en fait. medium_starac2.jpgSans doute parce que ça fait plus branché. Ne trouvez-vous pas bizarre que dans LE pays de la francophonie par définition, on fait le choix de l’anglais au détriment du français pour que ‘ça marche mieux’ ?!? Et personne ne semble y trouver à redire. Alors qu'au Québec où on parle 10 fois plus l'anglais on s'évertue à l'écrire en français.
Vous noterez aussi avec intérêt que la Star Academy française est reliée à la chaîne TF1, tandis que la Star Académie québécoise est associée au réseau Canoë, exactement l'équivalent ici dans le milieu des média.

'À la recherche de la nouvelle star', c’est 'American Idol' aux États-Unis et 'Canadian Idol' au Canada. Mêmes logos, mêmes plateaux, mêmes jingles !
Et croyez-moi ou pas, comme vous voulez, mais imaginez le jury : exactement la même configuration pour le nombre d’hommes-femmes, même le fait qu’il y ait une personne de couleur dans le jury. On dirait que les critiques sont les mêmes et par les mêmes profils !! Toujours un plus méchant et exigeant.
Un autre éternel gentil et encourageant. Bref, je n’ai pas voulu croire ce que je voyais. On prend vraiment les spectateurs pour des imbéciles pour nous balancer les mêmes émissions partout en laissant croire à une originalité propre à notre culture.

Par contre, pour être totalement honnête, il faut que je précise que les candidats canadiens (et américains pour les USA) ont un niveau largement au-dessus des français pour ce qui est de savoir chanter. Surtout les filles noires américaines, elles ont déjà le niveau professionnel. Autre remarque très importante : la beauté physique semble avoir moins d’importance ici. On dirait que ceux qui sont plus ronds ou moins beaux ont quand même leur chance, chose impossible en France, à mon avis. Il n’y a qu’à voir les derniers lauréats des éditions françaises !

À mon sens, le plus grand avantage de ces émissions, c’est de faire revivre de grandes chansons des temps anciens, reléguées aux oubliettes. C’est ainsi que j’ai découvert ‘Amène-toi chez nous’ repris par Wilfred Le Bouthillier (gagnant de Star Académie Québec 2003) qui était écrit pour Ginette Reno en 1970. Cette chanson est magnifique, voyez les paroles sur ma prochaine note, j’y mettrai aussi un extrait musical. Si ce n’était Star Académie, je ne l’aurais sans doute jamais découvert et apprécié.

Publié dans Lectures | Cinéma | Musique, Vivre au Québec | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |

 

© 2006 Copyright, Design & Textes de Lilia
Pour toute question, me contacter