mardi, 15 mai 2007

Crotte de chien

De tous les Canadiens, les Montréalais sont peut-être ceux qui affectionnent le plus les chiens. Mais je m’avance quelque peu là, car je ne prétends pas avoir ne serait-ce que visité cette contrée infinie qu’est le territoire canadien (10 fois plus grand que la France, 2ème nation au monde de par sa superficie, bla-bla-bla…)

Toutefois, au regard des villes que j’ai déjà visitées, je puis affirmer sans détours que les Montréalais ont des habitudes de vie qui se rapprochent le plus des Français (des Français de France comme on dit ici). J’attribue donc à cette similitude le nombre important de nos amis les chiens qui parcourent, toujours accompagnés, les rues de certains quartiers ciblés : Le Plateau Mont-Royal, Rosemont, Lafontaine, Ahuntsic… (en raison des abords de nombreux parcs) puis plus en banlieues chic telle Pointe Claire au bord de l’eau ou l’île Perrot.

Or les touristes de passage ici relèveront indéniablement un détail frappant : pas de crottes de chiens dans les rues ici. Non, pas non plus dans les caniveaux :))) Je souris en repensant aux indications par terre sur les trottoirs parisiens, avec flèches vers le caniveau, suppliant les canins de se décaler vers la chaussée pour faire leurs besoins, comme s’ils pouvaient lire avant de s’exécuter (lol). Ici au Canada, quand vous promenez votre ami, vous avez 2 obligations : 1) le tenir attaché et 2) ramasser ses crottes immédiatement. Ce qui est extraordinaire, c’est qu’en règle générale, les propriétaires obéissent tout naturellement. Depuis qu’on habite ici, c’est toujours avec beaucoup d’amusement que nous observons les promeneurs en compagnie de leur chien, nous cherchons toujours du regard le sac blanc prévu pour ramasser la petite commission !! Un petit sac de supermarché tenu dans une main tandis que l’autre maintient la laisse. Seuls quelques malotrus commencent à déroger à la règles, ou des immigrants nouvellement débarqués. Mais s’ils se font attraper par la police, c'est une amende qui tombe.

Dans les mêmes règles de civisme liées au choix d’avoir un chien, il est interdit de laisser japper son chien au point de déranger les voisins. Ces derniers peuvent se plaindre en tout temps en appelant la police qui se déplace facilement et alors verbalise allègrement ! Il suffit pour cela de téléphoner au fameux 911, tout comme aux États-Unis, c’est à la fois le numéro des urgences, l’ambulance, le centre antipoison, la police pour un accident, pour une voiture mal stationnée ou devant une borne d’incendie, le numéro à appeler pour signaler un tapage nocturne des voisins qui vous tapent sur les nerfs, le chien qui aboie sans cesse sans raison (ou dont le proprio ne ramasse pas les crottes de manière notoire et répétée :). C’est le numéro magique car dans tous ces cas, vous êtes toujours pris au sérieux. Les délais d’intervention varient en fonction des quartiers (et du cas bien sûr) mais cette rigueur explique en partie l’ordre et la relative propreté que l’on observe dans ce pays.

Publié dans Vivre au Québec | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook |

 

© 2006 Copyright, Design & Textes de Lilia
Pour toute question, me contacter